Les étudiants coopératifs sont la clé de la réussite des directeurs d’usine

Les nouvelles technologies ont leurs avantages, mais elles ne sont pas aussi excitantes pour les "plus aguerris" que pour la jeune génération qui les adopte naturellement et avec enthousiasme.

News Featured Image

Lorsqu'il s'agit de numériser les processus dans les usines afin d'atteindre les objectifs de l'"industrie 4.0", il m'est apparu que bon nombre de mes clients les plus prospères avaient bénéficié de l'enthousiasme juvénile et technophile d'étudiants travaillant sous la direction du directeur de l'usine, mettant en œuvre des idées que le directeur, ou son personnel expérimenté, n'était pas en mesure de réaliser lui-même sans effort. Les nouvelles technologies ont leurs avantages, mais elles ne sont pas aussi excitantes pour les "plus expérimentés" que pour la jeune génération qui les adopte naturellement et avec enthousiasme.

Il y a environ un an, j'ai fait une présentation à une entreprise qui compte 3 usines et environ 500 employés. Le propriétaire de l'entreprise était toujours impliqué et participait à la réunion avec ses directeurs d'usine, son directeur de l'informatique, son directeur des technologies de l'information, son directeur financier et quelques autres personnes. L'un d'entre eux avait invité son étudiant en stage à la réunion, probablement parce qu'il était responsable de l'occupation rémunérée de l'étudiant en stage pendant les quatre mois du stage.

La démonstration s'est bien déroulée et des questions ont été posées par les différents responsables : le système peut-il faire ceci ? Peut-il montrer cela ? Puis-je avoir tous ces rapports en une seule fois ? Une personne peut-elle avoir tel tableau de bord et une autre tel tableau de bord ? Comment construire des tableaux de bord ? Est-il facile de créer différents modèles de rapports ? Pour répondre aux premières questions, j'ai montré étape par étape comment ces demandes pouvaient être satisfaites. Après quelques questions, je me suis tourné vers l'étudiant en alternance, en lui demandant s'il pensait pouvoir répondre à ces questions, ce à quoi il a répondu par l'affirmative. En l'espace de quelques minutes, toutes sortes d'idées et de suggestions nouvelles ont surgi autour de la table, s'adressant aussi bien à l'étudiant coopératif qu'à moi.

Peu de temps après, nous avons conclu l'accord initial pour la première usine et, dans le cadre du processus d'intégration, nous avons formé l'étudiant coopératif en même temps que les autres. Les résultats ont été remarquables et presque immédiats. Les tableaux de bord qu'ils ont mis en place étaient propres à leur activité et à leurs rôles respectifs. Les trois usines étaient gérées de manière autonome et avaient leurs propres méthodes de travail, mais "l'entreprise" (dans ce cas, le propriétaire) recevait les informations souhaitées en temps réel et les rapports périodiques des trois usines dans un format cohérent. La "magie", dans ce cas, était plus que la technologie, c'était l'étudiant coopératif, travaillant en collaboration avec le propriétaire et les directeurs d'usine.

Les vétérans chevronnés connaissaient parfaitement leurs usines et leurs rôles respectifs ; ce sont des personnes très intelligentes et accomplies, mais les nouvelles technologies leur semblaient souvent étrangères. Elles n'étaient pas essentielles à leurs priorités quotidiennes et le fait de devoir les apprendre leur donnait souvent l'impression d'être "stupides" - ce qui, à mon avis, est la plus grande erreur qu'un logiciel ou une entreprise de logiciels puisse commettre. (Ne jamais faire en sorte que les personnes intelligentes de l'usine se sentent stupides, et ne jamais donner l'impression que les gens sont intelligents simplement parce qu'ils savent dans quel sens glisser ou quel jargon spécial utiliser). Dans le meilleur des cas, les cadres supérieurs n'ont que le temps (et l'intérêt) de vouloir apprendre à utiliser le système, et non à le configurer et à l'adapter ; ils laissent cela à d'autres personnes de l'organisation (comme le service informatique), et ces personnes sont probablement déjà trop occupées ou occupées. L'étudiant en alternance, en revanche, n'a aucune prédisposition pour les solutions informatiques existantes, ni d'ailleurs pour les processus de fabrication. Il est donc la personne idéale pour explorer de nouvelles méthodes de collecte, d'analyse et d'affichage des informations à tous les niveaux de l'équipe de direction, ainsi qu'au personnel sur le terrain.

Dans ce cas particulier (et dans d'autres que je connais), l'étudiant en alternance a acquis une connaissance approfondie de tous les aspects du processus de fabrication, en écoutant les besoins et en élaborant les modèles et les rapports, et l'équipe de direction a vu ses meilleures pratiques et ses idées correctement exploitées et intégrées dans un système qui lui est utile et bénéfique au quotidien. Les responsables n'ont pas été contraints d'adapter leur façon de penser au format et aux normes des systèmes existants, mais ils ont pu obtenir les informations et les mesures de la manière qu'ils souhaitaient et en accord avec la façon dont ils voyaient leurs opérations de fabrication.

C'était vraiment un projet gagnant-gagnant-gagnant. L'étudiant en alternance a acquis des connaissances considérables et une formation tactile dans le domaine de la fabrication. Les responsables ont obtenu des informations en temps réel qui leur ont été communiquées d'une manière qui leur était utile. L'usine a bénéficié de l'extraction rapide d'informations à partir de données, puis de leur mise en œuvre et de l'obtention de résultats. De plus, ils ont maintenant la primeur d'un excellent employé à long terme et à haut rendement dès l'obtention de son diplôme.

Paul Hogendoorn Fondateur FreePoint Technologies Inc.

Pour en savoir plus sur les programmes offerts par l'EMC en français, veuillez nous contacter.

Your email has been sent!

Your email has successfully been sent, we will get back to you as soon as possible!

Sign up for our newsletter
© EMC Canada 2024
Expertly made by BlackBean